Livres

Sois sage Reine-May, le troisième roman de Colline Hoarau

Sois sage, Reine-May, est le troisième roman de Colline Hoarau. Cette native de l’île de La Réunion vit aujourd’hui en Centre Bretagne. Sois-Sage Reine-May se veut une immersion dans deux univers très différents : la Réunion et la Bretagne
Reine-May est Réunionnaise. A l’âge de 10 ans, elle quitte son île natale pour la Bretagne suite au décès de son beau-père et à l’incapacité de sa mère de s’occuper d’elle. Reine-May sera adoptée par un couple de Bretons et découvrira une culture tout aussi riche que la sienne. Pourtant Reine-May, malgré son jeune âge, cache un lourd secret… Secret qui la ronge malgré la bienveillance de ses parents adoptifs. Ce livre manque d'épaisseur. L'auteur aurait dû développer davantage son intégration, plutôt que de nous faire voyager dans cette Bretagne qui ressemble de très près à la Bretagne Mystérieuse. La vie quotidienne de Reine-May, à part quelques détails sur sa famille adoptive et son déracinement, laisse le lecteur sur sa faim.
Le style de l'auteur est toujours très rythmé. La plume est fluide et l'utilisation de vocabulaires bretons ou créoles apporte une touche exotique. Les chapitres sont courts et se terminent sur une pensée de Reine-May. Un secret pèse sur l'enfance de la petite réunionnaise, ce secret est prévisibe, on le découvre à la fin du roman. Sois Sage Reine May est une lecture originale. Le roman est rapide à lire,120 pages ce n'est pas suffisant. Il faut davantage de développement. Peut-être qu'un jour l'auteur nous emmenera dans un prochain roman dans une saga familiale.
La Réunion est collée aux semelles de l'auteur, et c'est sur cette île de l'Océan Indien que les intrigues de ses romans prennent corps. Avec toujours cette mère qui disparaît et les souvenirs qui reviennent. Dans l'Adieu à Lila Isabella a souffert du "syndrome de l'abandon". De même dans Sois Sage Reine-May," on découvre l'incapacité de sa mère à s'occuper d'elle". L'auteur semble porter son enfance en bandoulière.

La Houlette premier roman de Hamil Hatimi
Le premier roman de Kamil Hatimi a une couverture qui intrigue, à la lecture de l’ouvrage l’explication en est donnée. On est à Casablanca, Dragan est serbo-marocain et journaliste à la Houlette Casablancaise. Il découvre qu’il ne peut plus écrire. Pour essayer de remédier au problème, il va voir un thérapeute qui à chaque séance met le doigt où cela fait mal. Survient un attentat dans un grand hôtel de Casablanca, qui est responsable ? qui le revendique ? Chacun y va de sa théorie. Mais Dragan va peu à peu faire le lien entre l’affaire et son propre passé. Cette histoire vient le gifler. Ce sera son déclic et ce qui lui permettra de lever le voile sur sa part d’ombre. L’auteur rend visible un fléau si peu « dit » dans « le plus beau pays du monde ».Un portrait du Maroc très bien écrit, mais terrifiant et cruel. Paru chez Elyzad, a lire absolument.

Les éditions Elyzad dans toutes les bonnes librairies cet été
'De passage à la librairie, votre regard puis votre main ne pourront qu'être attirés par ces formats poche, de l'éditeur ELYZAD, tant les seules couvertures invitent à un passionnant voyage autour de la Méditerannée . Mais cette maison d'édition tunisienne va bien au delà des apparences. Chacun de ses titres offre au lecteur un vrai plaisir de lecture:une écriture dont l'oralité teinte aux oreilles du lecteur qui lit silencieusement et une histoire,dévoilant de multiples et complexes personnages, des rencontres qui bousculeront nombre d'idées reçues sur les pays méditerannéens. Pendant tout l'été, pour 2 livres de la collection Elyzad Poche achetés, un carnet de 168 pages en papier verger ivoire vous est offert.


Nos suggestions pour découvrir cet éditeur
:

"Mon cher fils" de Leila Sebbar. : Un vieil homme, après trente ans passés à travailler en France dans les usines Renault, de retour à Alger, demande à une jeune fille, écrivain public, d'écrire une lettre à son fils, perdu de vue, pour lui dire tout ce qu'il n'a jamais pu lui dire et reprendre contact.Des vies défilent, au rythme de l'exil, et du retour au pays.

"L'impasse de Bab Essaha" de Sahar Khalifa: A Naplouse, l'Intifada en toile de fond, des destins de femmes palestiniennes qui tentent de sortir de l'impasse, entre l'occupant israélien et les combattants palestiniens. Résonnent aux oreilles du lecteur les voix de ces femmes palestiniennes, leurs craintes, leur oppression, leurs aspirations à la liberté, qui pour l'auteur,ne peut s'inscrire que dans le cadre de la libération du peuple palestinien.'

Le Quizz des phares
Gardez le cap ! Les phares n’auront bientôt plus de secrets pour vous. 300 questions pour découvrir un univers où se côtoient hommes et bateaux, où le ciel et la mer s’épousent à l’horizon. A l’approche des côtes, tout se complique parfois, alors des sentinelles veillent : les phares. Un ancien gardien de phare, Louis Cozan, vous servira de guide avant d’affronter le quiz, proposé par Dominique Daniel, passionné de la mer, et de parfaire vos connaissances.


Les pêcheurs Bréhatins à Terre-Neuve
Marc Moingeon vient d'écrire un ouvrage intitulé « Les Pêcheurs bréhatins à Terre-Neuve ». Marc Moingeon, ancien éditeur (on lui doit entre autres l’édition de l’ouvrage de Louis Menguy « Bribes d’histoire de l’archipel bréhatin »), vient à Bréhat depuis plus de 30 ans. Dans son livre, il raconte l’histoire des pêcheurs bréhatins à Terre-Neuve, au XVI e siècle, l’aventure pleine de dangers de ces hommes qui allaient vers ces mers lointaines pêcher la morue, qui s’est prolongée au fil des siècles jusqu’à nos jours.
Il s’est lui-même rendu sur place en juillet 2007, un de ses amis lui ayant appris que des communes du Nord de Terre-Neuve s’appelaient Great Bréhat, et Little Bréhat. Cela montre la présence et le rôle important des pêcheurs bréhatins là-bas, et dans l’histoire de la pêche française. L’ouvrage intéressera les Bréhatins et tous les amoureux de Bréhat, on y trouve beaucoup de détails sur cette pêche lointaine.


Gildas Mousse de Groix
Ce projet est né d'un partenariat entre l'Ecomusée de l'Ile de Groix avec son conservateur Mme Sylvie San Quirce, soutenu par le Conseil International des Musées et la Fondation Québec Labrador, entre la Société Historique du French Shore au nord de Terre-Neuve qui oeuvrent de part et d'autre de l'Atlantique pour l'étude et la mise en oeuvre de leur patrimoine maritime respectif.
Ce livre bilingue français-anglais de 80 pages, fruit d'un travail d'écriture de plusieurs mois des élèves de 6ème et 5ème du Collège Saint Tudy de Groix avec leurs professeurs Catherine Le Goff et Elsa Ollier. Ce livre s'est appuyé sur une documentation très riche des collections de l'Ecomusée de Groix.http://groix.com.chez-alice.fr/Pages/college-doss-presse.htm


Pont-Aven et ses peintres
C'est de Pont-Aven qu'est parti le mouvement artistique connu sous le nom d'Ecole de Pont-Aven ou de Synthétisme. Pont-Aven et ses peintres publié aux Editions Gisserot a été écrit par le Conservateur du Musée de Pont-Aven, Madame Estelle Guille des Buttes-Fresneau, avec l'accord de la muncipalité de la ville.
C'est un ouvrage grand public très bien illustré exposant l'histoire de la cité, son activité économique, l'arrivée des premiers peintres et les conditions de naissance de l'Ecole de Pont-Aven. Un choix de 70 reproductions d'oeuvres du Musée a été décidé afin d'évoquer par l'exemple les artistes impliqués dans cette aventure artistique. Un chapitre complet est consacré aux figures tutélaires Paul Gauguin et Emile Bernard.
Qui d'autre que Madame Estelle Guille des Buttes-Fresneau pouvait offrir aux lecteurs une approche tant scientique que pédagogique pour un ouvrage destiné au grand public. Dès son arrivée au musée en mai 2006, elle désirait faire connaître les collections du musée, mais aussi valoriser la collection permanente, car il n'existait aucun catalogue de synthèse. Fin 2007, elle a été contacté par les Editions Gisserot, pour réaliser un ouvrage accessible à tout public. Ce livre d'art à part entière est un objet de culture indispensable, il est en vente à l'accueil du musée des Beaux Arts de Pont-Aven, mais est aussi diffusé dans toute la France. Il coûte 5€.http://museepontaven.fr